Accueil > Actualités > Tribune > Solidarité de l’ASL avec les Professeurs de l’Université de Trois-Rivières à (...)

Solidarité de l’ASL avec les Professeurs de l’Université de Trois-Rivières à Québec

Le 2 mai, suite à un conflit sur les conditions de rémunération des enseignants, la direction de l’Université du Québec à Trois-Rivières a décrété un lock-out de ses professeurs. Cette décision, absolument inédite,

  • entraine la perte de leur emploi des assistants de recherche au moins durant l’été ;
  • laisse les étudiants de 2e ou 3e cycles sans supervision de leurs professeurs pour leur rédaction de mémoire ou de thèse ou pour leurs communications dans des colloques ; impacte ceux qui doivent déposer leur mémoire ou leur thèse en août pour toucher une bourse doctorale ou postdoctorale en septembre ; retarde la diplomation des étudiants en fin de cursus et par conséquent, l’obtention d’un permis d’exercice d’un ordre professionnel ;
  • annule les colloques et écoles d’été, ce qui aura un impact direct sur l’économie de Trois-Rivières ;
  • entrave la réalisation des programmes de recherche.

L’Association française de Sciences du Langage n’a pas à prendre position sur les demandes des professeurs. Mais elle affirme sa solidarité avec les personnels et les étudiants victimes d’un mode de gestion des conflits en totale contradiction avec des conceptions démocratiques, a fortiori dans des institutions, les universités, chargées de transmettre des valeurs de respect, d’éthique, de collégialité sans lesquelles l’enseignement comme la recherche n’ont plus de sens.

L’ASL condamne fermement cette manifestation d’autoritarisme. Elle se sent d’autant plus solidaire des collègues canadiens que les attaques contre les structures collégiales de gouvernance existent aussi en France, sans prendre la violence dans laquelle s’illustre tristement la direction de l’Université de Trois-Rivières.

Paris, le 10 mai 2018

communique_asl_trois-rivie_res.pdf (PDF - 122.9 ko)